compte rendu JPO Leedh 3 octobre 2015

compte rendu JPO Leedh 3 octobre 15

 

Journées Portes Ouvertes chez staCCato :


-    Samedi 3 octobre 2015 : journée LEEDH + (Devialet ?)

 

Samedi, la journée était consacrée à un système que les habitués de staCCato connaissent, à savoir l’ensemble LEEDH E2 + 20.1 + câble Universel.


Initialement, nous avions programmé avec Gilles Milot sa présentation d’un ensemble voulu comme une solution commerciale cohérente qui tourne autour de deux Devialet D200 utilisés non pas en mode bridgé (donc pas en D400) mais l’un pour le canal droite, l’autre pour le gauche. Ou inversement.
Bref deux demi Devialet, combinaison qu’il a choisie après divers essais autour des D.
Source dématérialisée, une tablette, une interface M2Tech.


Bon, on était partis là-dessus et on prépare donc cette installation le vendredi a-m.


Mais Gilles voulait aussi qu’on prenne le temps d’écouter son proto d’ampli afin d’avoir mon avis…
Or, suite à une série d’imprévus et de péripéties lors de l’assemblage du système prévu, on installe son, euh… Truc… alors que la soirée est déjà avancée.


Truc ? Oui, parce que c’est vraiment un proto, entrailles à l’air, et même si le résultat visuel  n’est pas laid, c’est toujours un spectacle ; surtout que sur un proto on dispose les commandes et connectiques pour des raisons pratiques de tests, et là on se gratte la tête pour l'agencement de l’ensemble, longueur de câbles et tout et tout.
En plus l’appareil est très large et finit donc au sol à côté du caisson, le préampli passif posé sur une de mes étagères un peu en équilibre.


Je ne vais pas dévoiler les secrets de Gilles, alors pour faire court on dira que c’est un ampli à transistors de 200W. Résumer plus, je ne sais pas faire.


On branche, on envoie un premier disque extrait de la tablette de Gilles, il est 20 h 30 vendredi donc, appareil froid.


Shostakovich, 8ème symphonie par Haitink. Tiens donc ? Mais d'où vient ce disque ? Sans importance. Le résultat est :

Waaouh ???

Oui…


Aussitôt je déclare à Gilles : « je crois qu’on va changer le thème de la présentation ! »
-    Vraiment ? Mais…
-    Vraiment !


Un second disque, un disque de sa discothèque j’ai oublié ce que c’était, mais je confirme mon impression : ampleur, majesté, onctuosité, et puis surtout une manière de moduler tubesque, une souplesse de ballerine avec pourtant une vigueur physique qui nous place bien loin de la combinaison Devialet, même si, comme ça en première approche, ça en fait un peu trop. Il faut dire que n’ayant pas pris le temps de ré-étalonner le 20.1, il est un peu trop présent.


Qu’à cela ne tienne, on affine les réglages, puis pour ne pas renoncer à ma discothèque, on essaye une formule de source maison, à savoir Lumin + DAC Accuphase, câbles Absolue Créations.


Au début Gilles hésite mais se rend rapidement à l’évidence : ma source nous emmène plus loin que la sienne, équilibre mieux rempli, variations rythmiques et dynamiques plus naturelles, etc… Bref, expressivité supérieure.


C’est le système complet que nous présenterons, une sorte d’avant-première, ça m’amuse beaucoup !


Je craignais en arrivant tôt le samedi au magasin, comme cela arrive parfois, de constater qu’on s’est laissé emporter par l’enthousiasme et la fatigue après avoir essuyé quelques revers de configuration la veille.
Pas du tout !


Son ampli est formidable, un équilibre tonal qui me rappelle l’ASR Emitter II Blue que je proposais à une époque, opulence et souplesse, mais enrichi d’une beauté et variations des timbres supérieures, d’une transparence nettement accrue, et d’une palette de nuances dynamiques clairement plus articulée.


La suite de la journée sera portée par cette découverte : nombreux visiteurs (dont un sympathique membre du club Living-Leedh), ce qui dans ma petite surface n’est pas toujours idéal mais arrangé par une ambiance bon enfant et cordiale qui facilite les échanges, et surtout je crois un public réellement enchanté, impressionné, comblé de la présentation même si certains étaient déçus de ne pas écouter les Devialet, qui, sans aucun doute sous le charme de l’écoute, ont néanmoins décliné lorsqu’on leur a proposé de le faire, les appareils étant toujours en chauffe et prêts.


J’espère que, côté ballade musicale, on a ratissé assez large, piano (Schumann par Laloum), quatuors à cordes (Smetana, Shosta encore), concerto (Britten et Mozart), symphonie (oh là), lyrique, jazz et jazz vocal (beaucoup) en évitant les scies, variété française (on m’a même fait le coup de Jojo, quand même !) ou internationale, rock ou R&B, electro etc… tout y est passé avec le même bonheur car on atteint avec cet ensemble ce qui est pour moi l’apanage des rares grands systèmes, ceux qui contournent les manies de la hifi : même un enregistrement médiocre passe magnifiquement du moment que les musiciens ont quelque chose à raconter. Or ce système, un des plus résolvants qui soit, dit tout de la prise de son mais ne prive pas du plaisir sensible pour autant


Je crois honnêtement que c’est la proposition du système Leedh qui va le plus loin à ma connaissance et à l’heure actuelle, en cela qu’elle rejoint des extrêmes, la précision et rapidité que l’on connaît des E2 + 20.1, avec une énergie charnelle, une sensualité d’almée façon 300B un peu moins typée que certains, tout en ayant une réserve très confortable de puissance, ce dont je ne dispose évidemment pas avec par exemple Accuphase E600, une des plus subtiles propositions qui soient sur les Leedh (une ouverture possiblement supérieure encore et une finesse des articulations un rien plus raffinée) mais avec une puissance un peu courte pour une démo de ce genre. Ça tombe bien, j’ai envie d’un A70. Oui bon, hors sujet…


Episode à suivre, j’attends que LEEDH commercialise l’ampli car c’est une superbe découverte, un complément patent de la proposition de plus en plus aboutie d’un ensemble atypique qui, plus il évolue, plus il répond à nos fondamentaux stricts.


Une proposition peut-être un peu couteuse aux yeux et à la bourse de certains, mais si peu face aux culturistes de la GHFI qui sont si loin d’en donner autant musicalement.

 

Merci à Gilles pour cette belle journée, Jean-Luc pour son enthousiasme et sa patience sous nos piques (et les photos), et aux amis visiteurs un peu déstabilisés par une présentation insolite.