micromega M-One

le son de France

micromega M-One

Site internet : http://micromega.com/fr/produits/gamme-one/

Une bonne surprise dans le paysage lassant de la hifi ?

En tout cas, à se faire désirer, la gamme M-One a provoqué bien des attentes !

De notre côté, nous espérions avec curiosité un appareil qu’on aurait pu considérer comme une alternative à l'ambitieux promoteur tonitruant de la place boursière qui commence par « D » et se termine par « evialet » en subodorant que rapidement le petit nouveau saurait se positionner hors des traces du rival naturel.

Pourquoi ? Parce que Micromega a prouvé son inventivité permanente avec la jolie petite gamme « My » et n’est pas du genre à copier, ou encore tout simplement parce que le M-One est plus complet par ses entrées, sa capacité de lecteur réseau, les possibilités complètes d’intervention dynamique sur le couplage enceintes/pièce, la présentation personnalisée, couleur, cuir, carbone et autres surprises à venir.

Mais aussi parce que le M-One n’a pas été contraint à une technologie prescrite par un dessin certes superbe mais conduisant à des limites déniées avec force par des résultats aux mesures qui ne disent pas grand-chose de l’éventuelle richesse lyrique ; à l’intérieur des M-One ont été réunies les meilleures solutions « transistors » du moment pour une musicalité avérée, certifiée, revendiquée et surtout posée comme une priorité. Technologie de pointe, soit, à découvrir dans le livre blanc, mais pensée au service de la musique. A savoir, entre autres, une double alimentation révolutionnaire à résonance alimentant une amplification classique mais sophistiquée de type AB.
La combinaison fonctionne, il faut quelques minutes à peine pour s’en rendre compte.

Et je ne parle là que de la partie amplification.

Or, le M-One est bien plus que ça.

Autant chez staCCato nous étions un peu réservés sur l’idée de tout-en-un à l’époque de la lecture CD, autant nous aimons beaucoup la formule depuis l’apparition de la lecture réseau ; à preuve chez nous les Atoll SDA au remarquable rapport/qualité prix, le ludique petit Lumin M1, les patriciens AVM Inspiration CS-2.2 et Evolution CS-5.2, tous épatants mais de facture classique…

Le Micromega M-One vient donc compléter la liste avec bonheur dans un format moderne et affirmé. Un câble Ethernet, Bubble UPnP en attendant l’interface propriétaire et hop, le tour est joué… On peut même profiter du nouveau player Qobuz HD !
Sans parler des capacités du M-One à s'intégrer dans un réseau de type "Airplay" ou "Bluetooth"…

Le tout soigné par un DAC optimisé pour passer jusqu’aux formats les plus invraisemblables (32 bits/768 khZ et DSD 11.2 MhZ).

Le M-One a de l’allure dès sa version de base, noire ou alu brut (celle que nous avons choisie), la matité de l’alu dépoli est du meilleur effet, stylisme moderne, silhouette slim, oui, il vient esthétiquement se poser en rival des « Experts » par un encombrement et des possibilités de placement sensiblement identiques (fixation murale par exemple).

La télécommande de table, complète et élégante, ne cherche rien d’autre que l’ergonomie et l’efficacité mais au moins peut-on utiliser l’appareil même quand on tombe en panne de piles puisque sur l'afficheur supérieur 4 poussoirs discrets permettent de piloter l'appareil.
Avec en outre la facilité de commander toutes les fonctions, ainsi que le streaming et les radios internet depuis un smartphone.

Deux afficheurs donc sur l’appareil pour lire les infos quel que soit son positionnement c’est une excellente idée, d’autant qu’on peut choisir à tout moment la taille de l’affichage.

Voilà pour le plumage…
Qui n’aurait guère d’intérêt sans le ramage, n’est-ce pas ? Un grand classique de la poésie française : "le Bœuf et la Grenouille". Euh...

Depuis pas mal de temps, je me plains de ne pas trouver d’amplificateur intégré dans une fourchette 3000 à 4000 qui nous enchante vraiment et vienne un peu soutenir le Sugden A21SE et l’Atoll IN400 sur nos étagères.

Et bien, c’est fait ! Le M-One 100 comble ce manque avec panache et volubilité mais en y ajoutant la panoplie d’outils évoquée ci-dessus.

D’emblée on est saisi par l’autorité avec laquelle le M-One distille ou expose l’intention musicale.
Le M-One 100 installe une présence physique dans la pièce qui ne pose jamais problème car l’équilibre tonal, de dynamique et de transparence, est impeccable, pas de zone opaque ou extravagante, une cohérence idéale qui ne bascule pas dans la suranalyse mais observe un contrôle permanent des dimensions relatives, des épaisseurs de traits, des couleurs, et de la plénitude.
Vivant, plein, équilibré, bien loin de toute brillance flatteuse (suivez mon regard), le M-One 100 préfère la justesse musicale aux feux de la rampe.
Disponible, réactif, homogène, le M-One 100 – en attendant le grand frère 150 et les diverses options destinées à contrôler l’intégration des enceintes dans la pièce via mesure précise – est très universel et impose sa densité majestueuse sur des enceintes à rendement élevé telle les coquines Heco Direkt ou les divines Living Voice IBX comme sur des enceintes plus gourmandes telles que les très généreuses Atohm GT2.

Alors que j'écris cet article, le M-One 100 tourne en lecture réseau (Quatuor n°1 de Borodine par le bouillant Pavel Haas Quartet) sur des Mulidine Cadence et c'est un régal.

Alors oui ce nouveau venu est un OVNI.

Et une bonne surprise pas chère.

https://www.youtube.com/watch?v=rbYNri1Wetk