atohm

la preuve par trois

atohm

France

 


Depuis des années je cherche des enceintes pour épauler la gamme Mulidine, stars indéboulonnables chez staCCato qui ont posé beaucoup de problèmes à moult challengers que nous avons tenté de leur proposer comme possibles partenaires, en étant bien conscients qu’elles resteraient probablement en tête en terme d’expressivité et sensibilité.

Si, de guerre las, nous pouvions envisager de baisser d’un cran nos attentes sur ces critères, nous n’avons jamais pu renoncer à un minimum de cohérence musicale et malheureusement parmi tout ce que nous avons écouté, on naviguait de bof à beurk par des transitions peu subtiles.

 

Depuis des années, je passe toujours du temps sur les stands Atohm dans divers salons internationaux (ça fait toujours plus chic de dire « internationaux »), mais si j’en retire toujours l’impression d’une belle richesse harmonique, d’une résolution et d’une vitalité notables, d’une vigueur physique mordante, un niveau sonore souvent trop élevé (tout en appréciant que cette pression acoustique excessive n’entraine pas de distorsion) ne m’a jamais permis de conclure avec certitude.

Le temps passe à essayer de s’acoquiner avec de nombreuses propositions, parfois intéressantes mais pas toujours intégrables commercialement car dans des segments de prix pas prioritaires ; régulièrement je songeais à appeler Thierry chez Atohm avec qui on a souvent passé de bons moments dans les « after » de Munich, mais je n’osais pas, craignant de heurter la sensibilité d’un type talentueux et super sympa si nous n’avions pas vraiment été conquis, et puis et puis… Le temps passe.

Et un jour, en visite chez un autre fournisseur pour une présentation d’un ampli, j’entends enfin les Atohm GT3 dans une atmosphère qui me correspond bien mieux. Et si j’excepte le grave que je trouve insensiblement excessif en équilibre tonal (pièce un peu petite), ce petit moment de partage me confirme que le large reste du spectre est particulièrement enthousiasmant, vivant, rythmé, respirant.

 

Alors je prends la décision : à quoi bon continuer de chercher ce qui n’existe pas quand on a à portée de main une gamme complète, reconnue et qui honore la plus grande partie du travail que les obstinés de staCCato exigent impitoyablement.

 

3 modèles Atohm font donc leur apparition chez staCCato, 3 colonnes (on aime les colonnes chez staCCato) :

-    Sirocco 2 (environ 1640 € la paire)
-    Sirocco 3 (2200 € la paire environ)
-    GT-2 (4500 € environ la paire)

Toutes partagent une finition remarquable mais évidemment la série GT revendique impérieusement sa place dans le club du très haut-de-gamme.

 

La « petite » Sirocco 2 fait preuve (j’ai l’impression d’écrire comme un rédacteur de presse hifi) d’une grande générosité. Très logeable, elle édifie d’emblée une scène sonore qu’on n’aurait pas pu imaginer d’une si fine et si jolie colonne.

Si on peut la marier avec de chouettes petites électroniques (beau couple avec le tout en un Lumin M1, à tout point de vue, esthétique et lyrique), on peut grimper sans vergogne en s’écartant joyeusement du prix de l’enceinte pour enrichir timbres, vitesse, et toujours cette profondeur et cette stabilité même si on se laisse un peu aller sur le potentiomètre, prouvant la précision de l’étude des charges, haut-parleurs et filtres, tous propriétaires car ne l’oublions pas, Atohm conçoit et fabrique ses haut-parleurs.
Fluide et variée, la modulation imagée permet de tout comprendre du langage de vos musiciens préférés quels qu’ils soient.

Ouf, je suis conquis.

Enfin un challenger aux merveilleuses petites Bagatelle de Mulidine qui auront pour elle une expressivité un peu supérieure mais marqueront peut-être le pas face à l’ampleur naturelle des Sirocco 2.
Qu’importe l’hésitation finale, car le bonheur affectif est au rendez-vous en proposant dans cette catégorie de prix une alternative réellement musicale face aux trop nombreuses enceintes qui se contentent d’être hifi…

 


La Sirocco 3 est probablement la plus spectaculaire du lot. Il faut dire que le gabarit de l’enceinte en impose et 2 x 17 cm, ça commence à faire du monde.

J’ai été un peu surpris par les dimensions d’autant que mon modèle démo est en blanc satin, ce qui ne l’affine évidemment pas. Je ne connaissais pas du tout ce modèle et ne le voyais pas si volumineux.

Ample et cossue, la restitution est épicurienne et efficace. On a affaire à une grande enceinte au sens propre et figuré qui pourra combler de grands espaces dans des emplois très divers, home-cinéma inclus, et croyez-moi vous n’aurez pas besoin d’un caisson de grave tant la pression en est efficace. Pour autant la musicalité est fine et déliée, avenante, et se déroule sans effort pour combler les sens. Là encore, on sent la volonté d’une résolution poussée sur un ambitus large dans l’étude.
Prévoir quand même des amplificateurs robustes car la charge de l’enceinte demande à être dominée.

 

Et puis la GT-2.
Evidemment, on change de monde ; sans changer d’esprit toutefois.

La GT-2, c’est du grand son et on aurait tort de ne pas à lui donner le meilleur, Accuphase E370, AVM et même le Grandinote Shinai qui lui permet de s’envoler en gamme et en dimensions perçues.

Quelle belle combinaison même si elle paraît un peu contre nature (rapport de prix, de puissance (faible sur le Shinai) et rendement (moyen sur la GT-2)), le résultat final impose une densité charnelle extraordinaire et la vigueur physique associée à une finesse de précision sur un très large spectre prouve que, une fois encore chez staCCato, on a le plaisir de présenter un objet dont le prix raisonnable est une insulte pour une large portion de la coûteuse concurrence.

On est ainsi passés avec enthousiasme et sur des enceintes pas encore rodées de la très surprenante et très subtile version de la « Musique pour Cordes, Percussions et Célesta » de Bartók par Karajan en 61 (fichier haute résolution) au remix par Stefan Goodchild (avec Doudou N'Diaye Rose) de « the Warning » sur Y34RZ3R0R3M1X3D explosivement restitué par le quatuor Antipodes DS / Accuphase DC-37 / Grandinote Shinai / Atohm GT-2 avec un panache physique, un cœur de notes qui prouvent bien que  la puissance ne sert pas à grand-chose.

Bon certes, Antipodes + Accuphase DC37 + Grandinote Shinai + Atohm GT-2 le tout copieusement câblé en Absolue Créations, la note devient salée.

Oui mais quel grand système !

A quand la GT-3 ?

Patience…