living Voice

L'étoile du nord

living Voice

Site internet : www.livingvoice.co.uk

Angleterre



Dans la jungle ténébreuse des non-valeurs qui peuplent la planète hifi, de temps en temps on fait de franches bonnes découvertes…

En était-ce vraiment une ?
Pas sûr.
J’avais gardé un bon souvenir de l’écoute rapide d’un (?) modèle Living Voice il y a déjà une bonne poignée d’années ; mais en l’absence de distribution jusqu’à récemment, j’avais un peu oublié la rencontre.

Jusqu’au jour où un homme très courtois pousse la porte du magasin, se présente et explique qu’il représente quelques marques, parmi lesquelles…
Living Voice.

Ben oui, hein, sinon l’anecdote n’aurait aucun sens.

Il hésite un peu, ne sait pas encore ce qu’il va faire, oui il adore, oui Living Voice est de ces marques derrière lesquelles il y a un type bourré de talent, mais… les marges sont faibles, je vous préviens…

Oui, bon, en ce qui nous concerne, ce n’est pas nouveau. Alors une de plus une de moins…

J’insiste pour faire un test et nous recevons en prêt quelques semaines plus tard une paire de Living Voice Auditorium Avatar IBX-R2

Si ce n’est pas une référence, ça !


En gros comment ça marche chez Living Voice ?

Une base d’ébénisterie commune (très sobre, élégamment proportionnée, finitions diverses, très logeable (103 x 21,5 x 27), les dames nous remercieront !), qui commence avec le modèle Auditorium, ouvre ensuite sur une succession d’évolutions entre deux séries parallèles (Avatar IBX (filtre dans l’enceinte) ou OBX  (filtres extérieurs)) par changements de haut-parleurs et/ou de composants de filtrage faisant passer les gradations de 4 000 € la paire à un peu plus de 12 000 €. Ainsi l’IBX R-2 coûte environ 7 000 € la paire selon les finitions. Notons que les modèles ne sont pas Up-gradable.

Autrement dit une philosophie qui nous plaît, celle d’une conception saine autour d’un thème unique de plus en plus poussé.

 

Car le rendez-vous musical espéré a bien eu lieu : nous avons été conquis !

Au point de revenir les dimanche et lundi pour peaufiner la relation, travailler les combinaisons, détecter les failles… Mais surtout écouter des disques de bout en bout !

C’est rare qu’un produit nouveau donne envie de revenir bosser le dimanche, croyez-moi ! Rare qu’un appareil nous inspire à ce point. D’ailleurs était-ce arrivé depuis les Strad ?
Non !

Pétillantes, très très rapides et sensibles (ce qui est prodigieux au regard de la conception on ne peut plus classique  ), d’une stupéfiante finesse de timbres et justesse tonale, l’irisation enchanteresse, des enchainements de couleurs bariolées et lumineuses, denses quand il le faut, un sens épuré des matières, des substances ; même si ce ne sont pas les enceintes du marché qui ont le plus de corps, elles font preuve d’une présence exceptionnelle, d’un engagement intègre, d’une tension souveraine, bref d’une exceptionnelle expressivité.

Oh, ici, pas de grave qui fend les murs (dans la terminologie réductrice hifiste), pas de boursouflure confortable, de mauvais cholestérol, ici c’est taillé au cordeau, c’est droit, c’est ardent et vivifiant, clairement orienté vers les mélomanes (de toutes cultures évidemment !), les hifistes passeront leur chemin, dépités, et retourneront à leurs excroissances préférées dans le bas-médium, cette opulence grassouillette qu’ils appellent du grave ! Les Living Voice repoussent en effet très loin, en dépit d’une technique conventionnelle, l’instant où l’on détecte la charge et son accord…

Car honnêtement quand on analyse l’enceinte, on est un peu dubitatif : un bass-reflex muni d’un évent très ordinaire, deux haut-parleurs de grave-médium très convenus, loin de l’esthétique parfaite des membranes modernes style céramique ( qui donnent toute le temps le même son apparemment pur mais décharné ), un tweeter assurément haut-de-gamme mais déjà utilisé maintes fois sans grand bonheur, on a presque l’impression d’avoir affaire à un kit magnifiquement abouti surtout quand on la compare à un pan majoritaire de la production moderne d’objets tous plus resplendissants les uns que les autres, aux laques parfaites donnant l’impression de sortir de la même usine chinoise, des produits coûteux, aux formes oblongues, équipés de H-P que l’on expose, que l’on brandit avec fierté, tel ce modèle navrant que nous avions en test en même temps, nouvelle série d’une vieille marque anglaise très estimée, chargée de badges de la presse comme autant de médailles sur le poitrail gonflé d’un vieux général soviétique et aussi bouffie musica-lement …

Où se situe la différence alors dans la conception de deux enceintes de prix comparable ?…
Euh, dans le talent sans aucun doute.
L’intuition et l’habileté, l’intransigeance et un amour urgent et impératif de la musique plus que de la rentabilité!

Bon, nous n’allons pas prétendre que ces objets discrets, si compacts et sous-équipés face à l’arrogance moyenne, sont absolument universels et n’ont aucune limite.

Car : les Avatar sont un peu gourmandes en dépit d’un rendement de 94 dB, mais nous nous sommes quand même régalés avec un ampli 300B (oui, d’accord, un peu « touiké » par nos soins, rapide, tendu, pêchu et d’un con-trôle dynamique exemplaire, donc pas un 300B mou du genou !).

Car : elles ne payent pas de mine et la finition n’est pas absolument exemplaire (même si d’un standard élevé !).

Car : elles ne sont pas spectaculaires et ne feront pas trembler les vitres en trichant exagérément dans le ventripotent.

Mais quels enthousiasme musical, authenticité rythmique, précision de tout instant sur les plus fines fins de notes…

Quelle délicatesse et quel entrain
, quel poids sur les accords qui l’exigent, quel respect des degrés divers d’inspiration de vos musiciens préférés !

Vous favorisez le matos ? Passez votre chemin.

Vous favorisez la musique ? Ne passez pas à côté de l’expérience.

Ça ne remplace pas exactement nos chères Strad Ada+ sur la plus haute marche de nos amours mais au moins ça met un challenger sur la deuxième marche, avec des qualités qui vont dans le même sens, certaines un peu supérieures, et quelques avantages pratiques, parmi lesquels une meilleure logeabilité et une moindre intolérance de mariage.

Une réussite totale ! L’expression supérieure de l’artisanat intelligent !

Dans la droite logique de Mulidine et Strad