tune audio

l'incarnation

tune audio

Etude préliminaire
Prime Marvel Anima

Site internet : www.tuneaudio.com/

Grèce

Présentée par Green*K Design (06 63 02 72 72)

Rien que pour cette rencontre, notre onéreux déplacement sur le salon de Munich 2011 valait le coup !


Pourtant, si je n’étais pas naturellement d’humeur primesautière, j’aurais avant tout pris un coup au moral dans cette gigantesque foire aux massues électroacoustiques : j’ai un instant craint n’être venu que pour vérifier ce que je constate depuis quelques années déjà, à savoir que le haut-de-gamme de la Grande Haute-Fidélité Internationale compassée, issue de divers continents mais sous l’influence des leaders mondiaux, a avalé la totalité de son histoire, sa vanité technologique, que désormais elle rumine, recycle, éructe et régurgite.


Une totale perte de la cadence, soit rien d’autre que la décadence, l’auto-contemplation et une orientation clairement pilotée par la puissance du mauvais goût des nouveaux riches sans nationalité particulière…


Alors que l’histoire de la reproduction musicale est encore à faire, à écrire, à in-venter, en partant de zéro, ou presque : être le propre maître de son destin en s’affranchissant des mauvaises habitudes, des lois de la puissance statistique pour foncer vers l’essentiel.


Mais non, je ne suis pas en colère, bien au contraire puisque j’ai heureusement aussi eu la preuve de cette ouverture d’esprit sur le même salon, grâce à quelques oasis d’humour dans les flots d’un sérieux narcissique compassé !


Parmi lesquels un stand qui m’a donné un espoir nouveau, une foi ressuscitée ! Un stand où les gens étaient décontractés, pas conquérants ou infatués mais simples, gentils… Un stand qui n’aurait sans doute pas pu naître d’une nation phare de la GHFI.


Tune Audio (et les électroniques chypriotes Aries Cerat sans aucun doute exceptionnelles, probablement uniques, mais euh…)
Car j’ai rarement pris une claque de cette intensité ! Une des, si ce n’est LA plus belle écoute de ma vie : le naturel à l’état brut.

Madeleine Peyroux, Perlman et Ashkenazy caressant Beethoven, Nat King Cole, les Rolling Stones, une stupéfiante version ( Rodion Shchedrin ? ) de Carmen et une ébouriffante Rhapsodie Hongroise de Liszt par Stokowsky ! se sont succédés sur la scène de nos émotions…

Oui, vraiment ! L’incarnation, une vraisemblance unique des proportions et dimensionnements de chacun selon les prises de son, des rapports de distance plausibles !


Bon, d’accord, visuellement, euh… Faut aimer les objets !


Voici donc :

Anima + Pulse ( si besoin ! ) de Tune Audio.


Je me souviens d’une pub absolument géniale pour la Coccinelle publiée sur les journaux américains au lendemain du premier alunissage réussi par le LEM que je ne résiste pas de vous rappeler dans les photos qui défilent au-dessus de mon bla-bla :


C’est moche, mais ça vous emmène là-bas !


Alors voilà, je vais paraphraser :


« C’est grec, c’est encombrant, c’est euh… baroque…

… Mais ça mène au cœur du paradis musical ! »


Eh oui : musicalement, Anima de Tune Audio, c’est tout simplement parfait !


Attention, ( attention ! ) : on ne parle pas de l’approximation de ces divers systèmes haut-rendement qui vous font vibrer sur quelques notes sublissimes dissimulant une totale incohérence sur le reste !…

… Mais d’un flot de musique d’une justesse irréprochable, le ronflement grenu des contrebasses sans aucune complaisance ventripotente, un violon frémissant de saveurs printanières et d’un boisé idéal, des voix sensuelles, drôles ou envoutantes et si exactement équilibrées, une crédibilité de dimension des instruments dans l’orchestre, le tout établi par une autorité physique, une présence stupéfiante, une puissance organique des musiciens passant outre l’éventuelle médiocrité des enregistrements ou productions !

Le meilleur du principe des pavillons avant, à savoir une personnification, la vie, du grain, une physicalité inimaginable, la chair et le sang ( et parfois les larmes ! ) mais sans les défauts rédhibitoires, à savoir le grossissement systématique, les colorations insupportables, et le plus souvent un manque de cohésion engendrant une instabilité des timbres et surtout un enflement surréaliste des musiciens dans l’espace, basculant vers l’expressionisme.

Le gag est que sur de ce salon où nous avons été subjugués par ces engins, Srajan Ebaen, de 6moons ( encore lui ? ) a écrit que les Anima étaient ( et de loin ) la meilleure écoute du salon.

Tiens, on est donc parfois d’accord avec un journaleux !


« Back in the group of active systems I sat down with, there were two core ap-proaches. The emotionally by far most compelling had hornspeakers and valve electronics. Of those the Greek Tune Audio speakers with Cypriot Aries Cerat valve electronics were my favorite by quite a margin. Whilst such systems might have had 'objective' shortcomings of the sort that bother test-bench nerds, their live charge triggered all my very subjective emotional hot buttons. The obsession with amplitude linearity is absurd if people knew what the unsmoothed raw 1/48th in-room response of their speakers really looked like. Our hearing is far more tolerant of amplitude errors than it is of phase/timing errors, lack of tonal substance and badly compressed dynamics.”

« Tune Audio showed their Anima 3-way horns with active Pulse horn-loaded subwoofer. Electronics were by Stavros Danos of Aries Cerat, cables by Nicholas Korakakis of Signal Projects. This was my favorite system by far. It was wildly impractical and desirous of space and funds I don't have of course. But that's the fun of attending shows. One makes encounters of the 4th kind which, though short-lived, confirm what's achievable to reset personal goals at home. I'd been impressed with Tune Audio already at their first showing during the Athens hifi show. In a rather larger space in Munich this first impression merely compounded. Best Sound of the Show? From what I heard—which was a small fraction—absolutely. »


Eh bien nous sommes d’accord !!! Même si on n’a pas tout compris !
 ou encore

http://www.on-mag.fr/index.php/topaudio/tests-auditions/11748-tune-audio-pulse-un-subwoofer-high-end-a-pavillon-qui-reproduit-les-battements-les-plus-profonds-de-la-musique

Les gens de Tune Audio sont possiblement les seuls à aller jusqu’au bout de la logique du tout pavillon avant, et ça s’entend : on est aux antipodes de ce grave vulgaire et lourd propre à la plupart des enceintes dites à pavillon, genre les bahuts teutons gigantesques aux beaux cornets en plastique ou au twiter à gaz, dont le bavement sonore est d’une gravitation pachymerdique épuisante de bêtise hifi ou les Californiennes survivantes qui mélangent le meilleur et le pire de la cuisine hifi !


Incontestablement la présentation ou finition des Tune Audio n’atteignent pas le même degré que ces référents de la doxa, mais ça ne suffit pas à justifier des prix multipliés par 10, d’autant moins que ça n’est pas là que réside la magie.



Et fort opportunément, Tune Audio, ce n’est pas que l’Anima, mais aussi la plus logeable Marvel (pour le compte esthétiquement agréable ou fantasque, c’est selon…), qui ramène à un sens commun les qualités inouïes - sans aucun équivalent même en dépensant beaucoup plus - des Anima !

Bon, on ne va pas se mentir : Marvel demande une mise en œuvre soignée et surtout un temps de rodage un peu agaçant, mais qui n'empêchera pas les qualités uniques de se déployer très vite !



Et surtout plus récemment la formidable petite (mmh ?) Prime !

On peut dire qu’on l’aura attendue celle-là !

Jolie, facile à vivre à condition d’aimer la musique, Prime manifeste un enthousiasme sidérant, une franchise d’enfant, un plaisir à chanter, à jouer, à faire danser, faisant fi des postures de la hifi traditionnelle, elle n’est pas gourmande mais ne demande que le meilleur de l’électronique pour vous restituer le meilleur de la musique !

Oubliez tout ce que vous avez écouté et faites-vous plaisir !


Bon, honnêtement, ce n’est pas simple cette histoire parce qu’il va falloir se coltiner tous les à-prioris sentencieux, les ostracismes faciles, les méfiances enracinées par des années de triomphe d’une carence occidentale standard pour accepter que des merveilles puissent débarquer d’ailleurs improbables, de lieux qu’on ne croit pas capables, ou qu’on n’imagine pas susceptibles de…


Et puis aussi supporter les commentaires obtus qui jugent un produit à ce qu’ils croient savoir des prix des composants en oubliant quand même que les HP embarqués par les enceintes coûtant plus qu’une berline de luxe ne coûtent guère. A de très très rares exceptions près, ce n’est pas le HP qui fait le prix d’une en-ceinte, il faudrait quand même accepter cette vérité technique élémentaire un jour !



Eh bien, tant pis pour vous. Continuez de vous ruer sur de fausses valeurs que vous allez payer beaucoup trop cher, en admettant même déjà qu’elles soient de qualité !


Parce que, indubitablement, le miracle de Tune Audio ne tient pas qu’à l’émerveillement musical ! : le prix est plus que raisonnable !

Pour découvrir les Anima :

www.080.fr

Dites que vous venez de notre part !