bass-reflex

un lecteur de notre site nous a récemment demandé pourquoi nous ne reprenions pas le "glossaire cuistre" de Strad dont nous avons été un partenaire privilégié. L'idée nous a paru excellente, l'autorisation rapidement donnée et voilà. Nous nous autoriserons bien sûr à l'aménager et le compléter au fur et à mesure des idées.

bass-reflex

Bass-reflex



L’enceinte Bass-reflex se différencie de l’enceinte close par la présence d’un ou plusieurs évents. Le Bass-reflex utilise le principe du résonateur de Helmholtz constitué d'un volume interne et d'un évent qui débouche vers l’extérieur, dans sa formule la plus simple.

Le principe du Bass-reflex est de récupérer les ondes sonores émises à l'intérieur de la charge par la dépression à l’arrière de la membrane du HP grave (équivalente à la pression vers l’avant) pour les restituer en phase avec le son émis frontalement.

La dénomination Bass-reflex vient de l’anglais reflex (refléter), l’idée étant de refléter le son qui est à l’intérieur du caisson tel un miroir qui renvoie l’image originale. On ajuste, pour éviter des déphasages marqués, l’accord de l’évent sur une zone de fréquence où le déplacement de la membrane est tenu, presque nul, le rayonnement sonore étant alors relayé par l’évent de façon à réduire au mieux la distorsion dans le grave au voisinage de la fréquence de résonance.

Le volume de l'enceinte et l'accord de l'évent (profondeur, diamètre ou largeur…) sont déterminés par les caractéristiques du haut-parleur. Les travaux de Thiele & Small ont permis de déterminer un certain nombre de paramètres techniques utilisés dans le calcul des charges de tous types…Tous les HP ne sont en effet pas adaptés au Bass-reflex. Pour défricher grossièrement, on dira qu’un haut-parleur ayant un QTS compris entre 0,25 et 0,45 fonctionne en Bass-reflex, mais il est possible d'utiliser des haut-parleurs ayant un QTS plus petit que 0,25 si le VAS du haut-parleur est élevé.

Ça va de soi, non ?

Ces enceintes descendent plus bas dans le grave qu'une enceinte close à volume comparable, mais le registre grave est souvent moins détaillé et moins rapide du fait d’un léger désamortissement de la membrane par la décompression du volume, d’évents accordés trop haut pour augmenter le bas médium, ou de charges de volumes excessifs pour procurer du confort à la restitution (surbafflage)… Par ailleurs, il faut bien comprendre que l’évent ne fait pas le tri : il en sort aussi des fréquences médium émises par l’arrière de la membrane et diffusées dans la charge. L’accord du Bass-reflex demande une grande précision que les logiciels ne font que dégrossir.


Il existe de nombreuses variantes du Bass-reflex, parmi lesquelles les bi ou tri Bass-reflex, ou encore Bass-reflex du 2ème ordre, ou encore charges à cavités multiples, plus ou moins compliquées de résonateurs où l'idée est d'obtenir un meilleur rendement dans le grave par des résonateurs ajoutés. La réalisation de ce type d'enceinte est plutôt complexe et engendre souvent des paliers dans le grave.

On peut aussi assimiler au Bass-reflex le principe du radiateur passif (HP sans moteur) : la masse de la membrane passive et la raideur de la suspension assurent la même fonction que l'évent. On peut réaliser un accord très bas en fréquence dans un petit volume avec cette formule. Mais attendu que c’est la pression interne émise par le HP principal qui met la membrane passive en mouvement, on devine facilement que le facteur d’accélération du radiateur passif est très compromis.