coloration

un lecteur de notre site nous a récemment demandé pourquoi nous ne reprenions pas le "glossaire cuistre" de Strad dont nous avons été un partenaire privilégié. L'idée nous a paru excellente, l'autorisation rapidement donnée et voilà. Nous nous autoriserons bien sûr à l'aménager et le compléter au fur et à mesure des idées.

coloration

Coloration




Voici l'exemple d'un mot employé à tort et à travers, souvent à contresens ou à sens unique alors qu'il peut en revêtir plusieurs et pas forcément négatifs.


On oppose souvent coloré à neutre, cette douce utopie tarte à la crème de la haute fidélité. Est coloré un maillon qui donne une couleur propre à la restitution, couleur qui vient se superposer à la couleur originelle du son. Donc à peu près tout maillon de la chaîne, à commencer par les micros. Voire l'hygrométrie dans la salle d'enregistrement. Et que dire des consoles, des câbles etc ???


Oui, certains maillons sont plus colorés que d'autres, certains en effet, par mise en avant d'une zone du spectre, par un manque de stabilité ou d'homogénéité dynamique, par un filtrage singulier, un gommage plus ou moins esthétique, par l'adjonction involontaire d'une dominante répétitive, par la simplification de certaines parties du spectre, ou par une forfanterie tonale abusive, sont plus "typés" que d'autres…


Mais : certains appareils objectivement colorés laissent cependant vivre la fraîcheur de l'éventail de couleurs des instruments, certes passées à travers un filtre uni, comme un photographe appliquerait un filtrage rouge ou bleu très léger en permanence sur son œuvre.


D'autres prétendus neutres (et souvent réputés) sont en réalité très gris, ou monochromes ou, au mieux, très pastellistes ne prenant jamais le risque d'un éclat ! Ceux-là sont la norme ! La gloire de la hifi !


D'autres ont une telle dominante que les couleurs de départ sont effectivement transformées et méconnaissables… Plus nombreux qu'on ne le croit ! Malencontreusement, la hifi a tant déformé la vérité que l'on croit parfois la détenir dans le plus arrangeant des mensonges ; le "plus beau que nature" ne semble plus surprendre.

Il est vrai qu'il est parfois difficile de concevoir que ces couleurs séduisantes, luisantes, vives sont en réalité identitaires et hyperréalistes !


On ne qualifie le plus souvent de coloré qu'un élément dont la couleur est très facilement reconnaissable, mais on oublie souvent de jeter dans le même panier ceux dont la matière, le grain, la résonance sont certes fines mais mono gammes, mono tonals ! Donc, à la longue, monotones…
Combien d'enceintes réputées jouent en réalité un timbre et demi ?


D'autres propositions sont coloristes dans un sens excessif, où toutes les couleurs sont plus éclatantes que natures, sans camaïeux, sans gamme de gris, sans nuances infimes… Bref, des pétoires un peu bourrines…


D'autres appareils enfin sont colorés dans un sens positif : ils restituent beaucoup de couleurs ! Une diaprure parfaite, une palette complète incluant tous les mélanges et tons-sur-tons que l'on peut en tirer : colorés au sens où il y a de vraies couleurs, plus ou moins douces plus ou moins dures, mais toujours émoustillantes, toujours riches, toujours en métamorphoses, les couleurs allogènes des tropiques comme les couleurs de la nuit !