gain

un lecteur de notre site nous a récemment demandé pourquoi nous ne reprenions pas le "glossaire cuistre" de Strad dont nous avons été un partenaire privilégié. L'idée nous a paru excellente, l'autorisation rapidement donnée et voilà. Nous nous autoriserons bien sûr à l'aménager et le compléter au fur et à mesure des idées.

gain

Gain



Le gain, en électronique, désigne le rapport entre une grandeur électrique en entrée et en sortie d'un circuit (tension, courant, puissance).
La chaine électronique correspond à une succession d’étages donnant du gain, rôle majoritairement dédié à la partie préampli-ampli ; la plupart des amplificateurs fonctionnent à gain fixe : le rapport d'amplification entre le signal d'entrée et le signal de sortie est constant. Le niveau du signal d'entrée doit alors être ajusté par un ou plusieurs étages pré amplificateurs, afin d'éviter la saturation de l'ampli.
Ces étages ont un gain réglable et permettent d'ajuster le niveau du signal avant son amplification. Parfois est indiquée une échelle abstraite de 0 à 10 ou de -8 à 0 qui correspond à l'atténuation en décibels avant amplification. La partie pré-amplificatrice contient un ou deux, voire trois étages de gain, accompagnés bien sûr d’une correction et stabilisation de l’impédance de sortie avant l’amplification proprement dite (étage de puissance).


Un amplificateur audio fonctionne toujours à peu près sur le même principe : une alimentation fournit des tensions symétriques en courant continu, ces courants sont modulés à l'image de l'entrée audio par les préamplificateurs éventuels et les étages de sorties d’où le signal amplifié est envoyé vers la charge extérieure.


L'alimentation d'un ampli a une seule fonction : fournir des tensions stables sous des courants variant fortement. La valeur de cette tension dépend de la puissance maximale de l'amplificateur ainsi que l'impédance de l'enceinte. Plusieurs possibilités pour obtenir ces tensions parmi lesquelles les plus fréquentes sont l’utilisation d’un transformateur qui convertit directement la tension secteur vers les tensions souhaitées, suivi d'un redressement et d'un filtrage, et l’alimentation à découpage nettement moins coûteuse mais qui génère des parasites HF…


Les différentes façons d’alimenter les composants amplificateurs sont développées à la rubrique Classe A.


On constate souvent que du gain rajouté à du gain, autrement dit des étages cumulés, dopent le signal en énergie, vigueur, précision. Mais, bien sûr, ces étages successifs compliquant le cheminement du signal, il faut que les étages soient irréprochables.


L’idéal de fonctionnement de la chaîne électronique a été exprimé il y a environ trente ans où l’on rêvait de "fil droit avec du gain"… Ce qui signifiait que l’on attendait des divers maillons qu’ils se contentent de partir du faible niveau issu à l’époque des cellules phonolectrices et le rehausser sans jamais en transformer d’autres caractéristiques jusqu’aux enceintes acoustiques…


La quête est sympathique, mais concrètement, la théorie se révèle pleine de failles et d’oublis…


Nous éviterons le jeu de mots sur l’apport de gains permis par l’accumulation d’appareils trop couteux en haute-fidélité…