pavillon arrière

un lecteur de notre site nous a récemment demandé pourquoi nous ne reprenions pas le "glossaire cuistre" de Strad dont nous avons été un partenaire privilégié. L'idée nous a paru excellente, l'autorisation rapidement donnée et voilà. Nous nous autoriserons bien sûr à l'aménager et le compléter au fur et à mesure des idées.

pavillon arrière

Pavillon arrière



Il s'agit, pour faire simple, d'une charge dans laquelle on récupère l'énergie de l'onde arrière en la renvoyant en phase avec l'onde avant grâce à un pavillon.

On peut assimiler le pavillon à un porte-voix : on crée une expansion progressive de la surface émissive.

C'est le principe qui offre le meilleur rendement dans le grave, puisqu'il permet à une membrane de haut-parleur de déplacer une quantité d'air supérieure à sa surface propre.
La quantité d'air déplacée correspondra à la surface de la bouche du pavillon, d'où un meilleur rendement (pression acoustique supérieure).

La petite taille de la chambre de compression se comporte comme un filtre qui détermine la coupure entre l'émission frontale du HP (qui ne rayonne plus que le haut du spectre (entre 200 et 300 Hz)) et le pavillon dont l'embouchure émet les fréquences basses complémentaires.

Le principal intérêt du pavillon est le très bon couplage (ou adaptation d'impédance) avec l'air ambiant. D'où son utilisation au tout début de la reproduction sonore avec les phonographes : la vibration de l'aiguille dans le sillon fait directement vibrer une petite membrane et le battement est amplifié par le pavillon.