trahison

un lecteur de notre site nous a récemment demandé pourquoi nous ne reprenions pas le "glossaire cuistre" de Strad dont nous avons été un partenaire privilégié. L'idée nous a paru excellente, l'autorisation rapidement donnée et voilà. Nous nous autoriserons bien sûr à l'aménager et le compléter au fur et à mesure des idées.

trahison

Trahison



Cessons de nous raconter des histoires : s’il ne faut pas prendre les petites considérations de la hifi trop au sérieux – après tout ce sont des problèmes de privilégiés - il n’en faut pas moins admettre que nous assistons quotidiennement à une véritable trahison : celle des musiciens, des interprètes, voire des compositeurs.


Un critique musical d’un grand magazine spécialisé pousse un jour la porte d’un magasin hifi sérieux (ça existe !). Les responsables sont occupés à comparer des lecteurs CD plutôt honnêtes (ce qui est rare !!!!). Le chroniqueur, intéressé, leur demande de ne pas s’occuper de lui, de faire comme s’il n’était pas là. Mais, au moment où le patron introduit un disque dans une des deux machines (la plus saine), le critique émet une réserve sur l’opportunité musicale du disque en question : il le déteste, n’en apprécie guère l’interprète, c’est d’ailleurs lui qui a commis la critique du disque en question. Le patron du magasin ne partage pas cette opinion et continue son test. Stupéfaction du critique, qui demande à revoir la pochette du disque… Oui, c’est bien celui-là, je ne comprends pas, je n’avais pas remarqué cette intelligence de la main gauche, cette incroyable gamme de nuances dans un jeu tout en pression, ce conflit palpable entre la théâtralité et la nuance d’une vérité cachée, c’est pas du tout ce que j’avais entendu !


Ben voilà… Mais le mal était fait ! La critique parue. Totalement à côté de la vérité. Inutile d’attendre un démenti, une correction, bien sûr ! Et puis, en admettant même que ce soit fait pour ce titre précis, combien d’autres auront été soit flattés par un système arrangeant, séducteur par simplification ou outrance, qui édulcore d’un pseudo-relief des disques musicalement fades ( c’est tout à fait possible ), soit gâchés par des systèmes, même coûteux, qui ne savent respecter les variations délicates d’un jeu subtil, les incommensurables ornements qui feront toute la différence entre un bon interprète et un génie immergé dans l’inspiration !


On nous opposera que souvent les critiques écoutent au casque. Et alors ?