transparence

un lecteur de notre site nous a récemment demandé pourquoi nous ne reprenions pas le "glossaire cuistre" de Strad dont nous avons été un partenaire privilégié. L'idée nous a paru excellente, l'autorisation rapidement donnée et voilà. Nous nous autoriserons bien sûr à l'aménager et le compléter au fur et à mesure des idées.

transparence

Transparence


L’utilisation du terme est pourtant simple : une restitution est transparente si elle ne modifie pas les informations transmises.


Voilà, tout est dit. Transparent devrait être considéré comme une redondance en haute-fidélité puisque c’est de son fondement même qu’il s’agit.


En pratique, on ne peut guère utiliser cette notion que par sa négation : à l’écoute de nombreux systèmes qui donnent l’impression d’un voile entre le système et l’auditeur, un son de boîte, une opacité nuisant à la finesse ou la résolution, on pourra parler de manque de transparence.


Ce qui est plus inquiétant, c’est d’entendre qualifiés transparents des appareils hautement simplificateurs qui ne mettent en place que la trame des éléments, les attaques, les informations primaires, et gomment tout ce qui compose le mystère ou l’humanité. La transparence est alors une sorte de squelette ou de radiographie, une mise à plat des constituants majeurs, où en effet tout semble en ordre, une parade impeccable mais dépouillée de ses poussières indéfinissables d’informations qui séparent la hifi majoritaire de la musique…